Rectification sur les dires du PDG d’Amora-Maille

Publié le par Salariés Amora-Maille FO et CFDT

Courrier du 03 décembre 2008 du Directeur Amora-Maille envoyé aux commerçant de Dijon


Madame, Monsieur,


Samedi 6 décembre se déroule une manifestation dans les rues de Dijon,suite à l’annonce (1) du projet de rassemblement de nos activités à Chevigny-Saint-Sauveur,présenté au comité d’entreprise d’Amora-Maille le 20 novembre dernier .Ce projet soulève(2) beaucoup d’émotion que je peux comprendre. C’est pourquoi je tenais à vous écrire personnellement, afin de préciser les raisons qui nous ont amenés à revoir notre organisation en Bourgogne.


Ce projet prévoit la production ,dans le Grand Dijon,à 10km du centre ville,de la moutarde de Dijon,de la mayonnaise de Dijon,du vinaigre et des cornichons sur le site de Chevigny Saint Sauveur(3),qui(4)produit déjà de la moutarde de Dijon depuis plus de vingt ans .Le projet d’Amora-Maille consisterait d’ailleurs à investir sur notre site de Chevigny 26 millions d’euros pour en faire un site de référence(5) et à y transférer 57 emplois (52 en production,5 en R&D),en provenance de Dijon et Appoigny,en complément des 135 existants .Certes,nous devrions quitter le centre ville car,comme nous l’avons expliqué,l’usine de Dijon date de 1900,se trouve trop enclavée et est devenue trop
complexe.(6)


Ce projet n’aurait jamais été envisagé si Amora-Maille ne souffrait pas de réelles difficultés (7), avec des problèmes de compétitivité préoccupants si rien n’est fait pour y remédier :

La concurrence des marques distributeurs et du hard discount est fortement pénalisante pour les marques nationales telles que les nôtres. (8)Les ventes d’Amora-Maille ont baissé de 19% en 5 ans,plus particulièrement en grandes et moyennes surfaces .La marque Amora souffre plus spécialement,avec des parts de marché en baisse de 22% sur la même période. (9)


Avec 3 sites distincts en Bourgogne,la structure complexe(10) de l’entreprise entraîne des surcapacités au regard de la réalité et des volumes écoulés .Depuis 2002,la production de l’usine de Dijon a ainsi baissé de près de 42%.L’usine d’Appoigny,quand à elle,est utilisée à moins d’un quart de sa capacité(21%)(10bis).Par ailleurs,la complexité du portefeuille de produits Amora-Maille entraîne des coûts de production qui ne permettent plus de se battre sur un marché difficile : à Dijon,ce sont par exemple 6 familles de produits,67 recettes et 212 références qui sont fabriquées, (11)


Enfin,les clients distributeurs d’Amora-Maille et d’Unilever veulent réduire leurs stocks et demandent des livraisons toujours plus fréquentes,avec un remplissage intégral des camions pour optimiser des coûts de distribution(12) : le centre logistique de Chevigny ne permet plus aujourd’hui de répondre à cette demande .C’est pourquoi Unilever projette d’implanter une plate-forme d’envergure nationale à Fauvernay(5 Km de Chevigny),avec son partenaire FM logistic,afin de rassembler l’entreposage et la distribution de la totalité et d’une partie des produits de soins de la personne,soit environ 85 000 palettes en stock en moyenne avec un maximum de 100 000 palettes.


J’ai pleinement conscience que le projet présenté est difficile(13)pour les salariés(14),car 265 postes pourraient être concernés(15).Aujourd’hui,comme je l’ai indiqué aux représentants du personnel,ma volonté est d’accompagner chaque personne(16) concernée de manière exemplaire(17) : 150 postes seraient réservés en priorité aux salariés d’Amora-Maille(18) au sein de la plate-forme logistique implantée à Fauverney .Parallèlement l’engagement a été pris le 20 novembre de tout mettre en œuvre pour identifier un repreneur industriel intéressé par les locaux du site d’Appoigny,avec l’objectif de recréer des emplois localement(19).Enfin,un projet d’accompagnement social individualisé serait travaillé progressivement avec les représentants du personnel.

Notre engagement est aussi qu’Amora-Maille reste emblématique de Dijon et contribue à son attractivité .C’est pourquoi nous resterons présents en centre ville,grâce à la boutique Maille,un lieu d’accueil et de dégustation dédié à la moutarde de Dijon et cher aux Dijonnaise.(20)


Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’assurance de ma respectueuse considération.


Hervé Laureau

Président d’Amora-Maille société industrielle



Rectification sur les dires du PDG d’Amora-Maille :


(1)
de la fermeture des usines de Dijon et Appoigny ainsi que du centre logistique (et non pas l’annonce de rassemblement de nos activités).


(2)
la colère et l’indignation de tous les salariés et de la population (et non pas : ce projet soulève beaucoup d’émotion)


(3)
mais qu’en est-il des sauces salades AMORA, sauces de variété AMORA, du ketchup AMORA, des 15000 tonnes de mayonnaise et ketchup de marque CALVE ainsi que les seaux et jet-bar ?


(4)
conditionnée et non pas produite depuis 20 ans, la production de moutarde AMORA se fait à Chevigny depuis 3 ans (et non pas la moutarde est produite depuis 20 ans à Chevigny).


(5)
L’usine de Dijon est déjà un site de référence (voir rem n°7) !


(6)
Trop complexe? Implanter un centre de recherche à Dijon à coté du site Amora-Maille il y a 3 ans, ça ne posait pas de problème alors que le site Amora date de 1900 !!


(7)
Ce sont les 22 millions de bénéfices que vous appelez de réelles difficultés (25 Millions d’euros en 2008 !!)?

Mensonges ! Le site de Dijon est :

- celui qui a les meilleurs rendements en Europe chez UNILEVER, notamment sur les lignes de flacons  souples !

- Exemplaire pour la maîtrise de la pollution !

-Exemplaire en taux de perte matière !

-Exemplaire en matière de réclamations consommateurs !


(8)
et (9) En quoi la fermeture de Dijon et Appoigny va résoudre votre problème de compétitivité ? Le site de Dijon a subi des pertes de volumes parce que le groupe les a fait partir à l’étranger !

Le montant d’investissement publicitaire a fondu comme neige au soleil : 30 Millions d’euros en 2003, à pein 15 aujourd’hui !

 
(10)
La structure complexe ? Pourquoi avoir construit le site de recherche alors ? Dijon capital du goût, NON !

(10 bis) Quelle honte,  sachant que la récolte des cornichons frais a été supprimée par le groupe UNILEVER, mettant par la même occasion sur la paille, tous les petits producteurs locaux !


 
(11) C’est bien pourtant ce que vous vouliez en créant le site de recherche----- Nouvelles Sauces !

C’est pourtant cette stratégie qui est gagnante si on soutient les marques avec de la publicité, comme DANONE le faisait à l’époque quand AMORA-MAILLE leur appartenait…


(12 )
Qui est le chef d’entreprise qui fait rouler ses  camions à ½  vide ? Réponse : le directeur de la logistique UNILEVER, qui n’est autre que le PDG d’AMORA-MAILLE SOCIETE INDUSTRIELLE 


(13)
invivable et destructeur


(14)
et leurs familles


(15)
sont supprimés, parlons clairement


(16)
quand êtes vous venu voir chaque salarié en personne ?


(17)
manière exemplaire ! Mon œil !!! C’est avec le minimum salarial FM Logistic avec lequel que vous allez accompagner au pire les salariés d’Amora !

 
(18) Ce n’est pas ce que nous disent les élus du val de Saône puisque les places sont réservés aux employés de Thomson Genlis,ces derniers ont même fait des formations dans le but d’intégrer FM Logistic !


(19)
Pourquoi recréer des emplois alors qu’ils sont déjà en place et sont extrêmement rentables ?


(20 )
Ce n’est pas la boutique Maille qui est chère au Dijonnais mais bien le site de production et la marque Amora-Maille. Vous l’avez dit vous-même Mr le Président : «  Amora est là depuis 1900 » : vous détruisez un site historique et bafouez une appellation de renommée mondiale !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Attention que tous ces emplois promis indûment aux uns et aux autres ne soient pas en fin de compte des emplois fictifs, car n’oubliez pas que sur les 250 à 300 emplois qui seront soi-disant crée, 150 sont réservés en priorité pour les salariés licenciés d’Amora-maille et que le groupe UNILEVER a un droit de préemption sur ces emplois, puisqu’il est le seul partenaire de FM logistique, à qui il a promis l’entreposage et la distribution de 85 000 à 100 000 palettes.
Salariés de Thomson ne vous faites pas avoir, nous les salariés d’Amora Maille nous sommes avec vous et non contre vous, tous dans la même galère. Courage..
Répondre